Pour pouvoir visualiser son contenu vous avez besoin de Adobe Flash Player.

Accueil Présentation de Jouy Patrimoine Personnalités Travaux et activités Vie de l'Association Liens 

Château du Montcel

Château du Montcel

Au début du IXème siècle le fief du Montcel appartenait à l’abbaye de Saint Germain des Prés, petit domaine qui atteignit 12 ha au début du XVIème siècle ; puis le fief fait partie de la seigneurie de Jouy à la fin du XVIème siècle, sous la tutelle des seigneurs locaux, les Escoubleau. Différents propriétaires se succèdent, jusqu’à la vente du domaine en 1795 à Christophe Philippe Oberkampf propriétaire et fondateur de la Manufacture « des Toiles de Jouy » ; des travaux d’agrandissement et d’embellissement du château ainsi que la transformation du domaine en parc paysager sont effectués. Oberkampf n’y habitera jamais préférant y installer des membres de sa famille.

La propriété restera 128 ans dans la famille Mallet-Oberkampf jusqu’à son achat en 1923 par les frères Jeanrenaud d’origine suisse qui fondent une école privée de référence anglo-saxonne où le sport tient une grande place. Patrick Modiano, ancien élève du Montcel et écrivain célèbre , en fit le cadre de son roman : « De si braves garçons ».Cette école réputée est néanmoins contrainte de fermer ses portes en 1980. Pierre Jeanrenaud fut maire de Jouy-en-Josas de 1962 à 1970 .

Le Montcel connaitra diverses destinées : occupé pendant la dernière guerre, l’ armée de l’air allemande y construit le bunker de commandement de la 5ème division de chasse, prévu pour être un centre de détection et d’interception pour l’ouest de la France. En aout 1944 le château est incendié par ses occupants avant leur départ.

A partir de 1980 un centre d’art contemporain s’y installe, puis la Fondation Cartier, enfin un centre pour séminaires d’entreprises et évènements. La propriété est à l’heure actuelle à l’abandon.

Si vous désirez en savoir plus sur la propriété du Montcel, lire : L’histoire du Montcel : voir Cahiers Historiques n°1 p.3 L’Ecole du Montcel : voir Cahiers Historiques n° 9 p.5 et n°10 p.5



Dispositions légales

Plan du site

Retour à la page d'accueil